Eva Guttmann

Eva GUTTMANN © ADHV

Eva Guttmann,

Allemande,
Enfant hébergée en Haute-Vienne à:

Maison du Couret (1943), Saint-Laurent-des-Eglises (OSE)

Née le 30/04/1927 à Schneidemülh (Allemagne)

Eva est la fille de:

  • Herman GUTTMANN
  • Gertrude HEPHRAÏM

 

La vie de la famille EDEL à Stettin avant-guerre

Gisela, entourée de son père Jacob et de sa mère Henriette à Stettin (Allemagne), déc. 1930 ©USHMM

Avant-guerre, la famille vivait à Stettin, en Allemagne. Jacob, le père de Gisela était propriétaire d’un magasin de confection de vêtements. Sans être orthodoxe, la famille respectait les principaux rites liés aux fêtes juives.

En 1934, après l’accession du Nazisme au pouvoir, Gisela est contrainte d’être scolarisée dans une école élémentaire juive.

Dès 1936, la famille cherche à fuir les persécutions contre les Juifs et à émigrer alors que le magasin de Jacob est « aryanisé » suivant la terminologie nazie . Confiée à un autre propriétaire, elle devient alors une imprimerie.

En décembre 1936, Jacob est arrêté et ne sera relâché qu’en octobre 1937.

A la maison, Gisela, est en convalescence car elle a contracté la diphtérie. Sa mère préfère lui mentir et ne lui parle pas de l’arrestation de son père par les Nazis.

Finalement, Jacob qui était encore employé dans son ancien magasin finit par être licencié quand le nouveau propriétaire décide de vendre le local.

A nouveau, la famille tente d’obtenir des visas pour émigrer aux USA, en vain, les frontières se referment…

La Nuit de Cristal, novembre 1938

Alors que Gisele arrive à l’école, elle découvre que ses enseignants (qui sont juifs) ont été arrêtés par la Gestapo.

Elle reviendra brièvement dans son école ensuite, mais pour ses parents, le choix est fait, il faut mettre leur fille à l’abri au plus vite.

Aussi, Henriette (mère de Gisela) et sa fille traverse l’Allemagne.

Le 20/03/1939, confiée à un groupe d’enfants juifs provenant d’Allemagne et d’Autriche, Gisela est alors envoyée par kindertransport en France.

Le sauvetage en France (mars 1939-1944)

Arrivée en France par Metz, Gisela va ensuite être prise en charge par différentes maison de secours d’ enfants juifs.

Elle est alors successivement hébergée :

  • à l’Hôpital Rotschild à Paris
  • puis au château de la Guette* (qui dépend aussi de la famille Rothschild)

En mai 1940, après l’invasion du nord de la France par l’Allemagne, il s’agit de mettre les enfants en sécurité.

Ils sont alors transférés en « zone libre » , dans le Massif Central, à la Bourboule.

Au château du Couret en Limousin, décembre 1941-novembre 1943

A la fin de décembre 1941, Gisela et d’autres enfants sont envoyés en Limousin, dans la maison du Couret (OSE). Elle y restera jusqu’au 13/11/1943.

A l’époque elle y suit des cours donnés par les enseignants du château. Le Directeur de la maison du Couret était Robert Levy.

Cachée dans un couvent à Villefranche sur Rouergues, novembre 1943-juin 1944

Après cette date et l’invasion de l’ancienne « zone libre » elle est ensuite cachée sous une fausse identité (« Gisele Bedel ») dans un couvent à Villefranche-sur-Rouergues (Aveyron). L’une des Sœurs sera reconnue comme Juste parmi les Nations après guerre.

Finalement, entre aout 1944 et novembre 1944, elle fait partie d’un convoi d’enfants envoyés en Palestine qui transitera par Barcelone et Lisbonne.

Gisela ne vivra ensuite en Israël et ne reverra jamais ses parents qui ont été déportés en Pologne le 12/02/1940, dans un ghetto (le ghetto de Piaski) proche de Lublin avec le reste de la communauté juive de Stettin.

©Fanny Dupuy

Notes:

*Le château de la Guette: entre mars 1939 et mai 1940, la Guette servit de foyer pour 130 enfants juifs allemands réfugiés âgés de neuf à quinze ans. Le foyer était un projet du Comité israélite pour les enfants venant d’Allemagne et l’Europe Centrale, un comité d’assistance fondé par Germaine de Rothschild à la suite de la Nuit de Cristal de novembre 1938. Les enfants arrivèrent en mars et avril 1939, par convois en provenance du Palatinat, de Berlin et de Vienne. La Guette a été dirigée d’abord par Willy Katz puis par Ernst Jablonski. En mai 1940,  la plupart des  enfants sont évacués vers le village de La Bourboule dans le Massif Central dans une structure dirigée par Flore Loinger, épouse de Georges Loinger. Là, les enfants étaient hébergés à l’Hôtel des Anglais. Fin 1941, après le départ des Rothschild pour les États-Unis, le foyer est intégré au réseau OSE et les enfants sont transférés dans différents centres.

En 1942, deux groupes d’enfants furent autorisés à émigrer aux États-Unis. via Lisbonne. Parmi ceux qui sont restés en France, dix ont ensuite été déportés et tous sauf un ont péri.

Quelques-uns ont réussi à s’enfuir en Suisse ou à rejoindre la résistance, et les autres ont survécu grâce à de faux papiers, cachés dans des monastères ou auprès de familles françaises jusqu’à la fin de la guerre, source USHMM

Sources:

  • ADHV, photo identité
  • Mémorial de la Shoah
  • Bundesarchives:

Henriette

Jacob

Noms de famille affiliée:

  • GOLDREIKH
  • KUPERBERG

Parcours d’enfants croisés durant son sauvetage:

Contact
Partagez la page: